Entrevue avec le site d’enchères à un sou Bidou.ca (première partie)

Lundi  le 31 janvier au matin j’avais rendez-vous , dans le vieux port de Montréal, avec Alexandre St-Pierre, co-fondateur et vice-président de la compagnie d’enchères à un sou Bidou.ca.

Étant donné la notoriété que Bidou.ca  possède  depuis son entrée sur le marché québécois, je suis resté assez surpris qu’il accepte de me donner une entrevue. Comme vous allez le constater ils sont très ouverts et sympathiques :)

bureau de Bidou.ca aux vieux port
Bidou.ca au vieux port de Montréal

L’entrevue

Eric Bisson (EB) : Étant donné que Bidou.ca est de plus en plus populaire, vous faites de la pub à la TV, de la pub dans les journaux, on  se rappel celle dans le journal Metro il y a un an :

Alexandre ST-Pierre (ASP) : C’était au mois de mars dernier (mars 2010).

EB : Quand vous aviez eu une pleine page il me semble?

ASP : Oui, les gens  posaient  beaucoup de questions au début,  c’était  très, très récent  il y a environ un mois et quelque après l’ouverture du site.

EB : Juste un mois après  l’ouverture?

ASP : Nous avons ouvert le 16 février 2010.

EB : L’idée de partir un site comme ça (enchères à  un sou ou enchères chronométrées) est  venue  d’ où exactement ?

ASP : Principalement, moi j’avais remarqué le concept utiliser en Europe et aux États-Unis.  C’était relativement populaire et j’ai trouvé l’idée intéressante. Par la suite je suis allé voir mon ami (Président) qui  faisait beaucoup de sites  web, avec plus de 10ans d’expériences  dans  le domaine, et nous avons trouvé  que c’était une bonne idée à démarrer au Québec. Surtout pour nous, ici, les québécois parce qu’il  n’y avait absolument rien qui s’adressait aux francophones.

EB : Même au reste du Canada?

ASP : On trouvait des sites qui se disaient  partout au Canada, avec une version française, mais aucun ne s’adressait  directement  à  nous.  Nous, quand nous avons ouvert, c’était seulement pour le Québec  sans penser à ouvrir partout au Canada ou même mondialement.

EB : À comparer aux autres sites ?

ASP : Nous avons décidé d’être vraiment spécialiser ici. Je pense que c’est l’une des raisons pour lesquelles nous sommes assez connus, contrairement aux autres sites qui se disent partout mais qui ne sont pas connus nulle part. Nous avons préféré cibler le marche et je pense que cela a été le point central de notre succès et notre popularité.

Pourquoi Bidou.ca est différent?

EB : Je connaissais le site avant de voir les pubs à la télé et je regardais les sites semblables en Ontario, aux  États-Unis et beaucoup apparaissent et disparaissent, et je me demandais si Bidou ,de leur coté, allait faire la même chose (Faire leur coup d’argent et après disparaître et réapparaître sous un autre nom). D’ailleurs, un des principaux compétiteurs  de  Bidou.ca, n’existe plus.

ASP : Lequel?

EB : Pennyblast (maintenant Sunnycent.com)

ASP : Oui, il n’a pas duré longtemps.

EB : Je ne sais pas s’ils ont été achetés  ou s’ils ont vendus seulement le site web.  Pennyblast était là avant.  Bidou.ca est arrivé après, Pennyblast n’est plus là. Qu’est-ce que vous pensez que vous avez fait de différent par rapport  à la compétition?

ASP : Je pense que c’est  à cause du fait que nous sommes allés uniquement sur le marché francophone. Nous savions  qu’il y aurait  le marché anglophone à explorer par la suite, principalement à Montréal, à Québec aussi, mais ce qui nous a distingué  c’est que nous avons fait les choses différemment.

EB : Comme quoi?

ASP : Il n’y a  pas beaucoup de site web au Québec,  qui annonce à la télévision.  Nous avons aussi fait des pubs  dans les journaux, c’était un peu osé pour un site web peu connu d’y aller en force à  ce niveau-là.
L’équipe était et est toujours très bonne, nous avons un beau site web et il est  fonctionnel  (comparer à  d’autres sites web), car parfois je me demande qui a programmé  ces sites- là.

EB : Disons que beaucoup de ces compagnies utilisent des modèles pré-fait.

ASP : Exactement, ils utilisent beaucoup de scripts prédéfinis, alors que nous, c’est vraiment notre code à nous. Il y a plusieurs facteurs  aussi, notre programme d’affiliation en est un exemple.

EB : J’allais le dire :)

ASP : Les autres sites ici, n’ont pas vraiment çà, en fait, pas beaucoup de sites en ont et je pense que ça aussi peut avoir contribué à  la popularité du site.

Les affilié(es) :

L’intérieur des bureau de Bidou.ca

EB : Personnellement je suis bien content  pour vous! Par curiosité, combien avez-vous  d’affilié(es) présentement ?

ASP : Des affiliés(es) actifs (qui utilisent le système et non ceux qui se sont inscrits seulement) il  doit y en avoir 10-15 qui nous apportent à  chaque jour des visiteurs. Certains se sont peut-être inscrits mais ont décidés  que nous n’étions  pas dans leurs créneaux d’activités.  C’est sûr que les enchères chronométrées ne sont pas pour tous les affiliés(es) qui en font la promotion.

EB : Effectivement ce n’est pas pour toutes les niches d’activités.

ASP : Mais on espère que cela  va grossir étant donné que le concept se démocratise. On voit beaucoup plus de sites qu’avant. Ça va être beaucoup plus facile d’en faire la promotion par la suite.

EB : D’après -moi  c’est surtout une question de confiance. J’ai vu des bannières d’autres sites  qui avaient  l’air louche!

ASP : [rire}

EB : Ce que vous donnez comme différentes bannières à  vos affiliés(es) sont  très simples et votre logo est maintenant connu au Québec.

Je suis inscrit depuis le début du programme d’affiliation et sans avoir de site web (à ce moment -là), j’apporte une trentaine de visiteurs   par jour  sur Bidou.ca.

ASP : C’est déjà  très,  très bon [rire]

EB : Ça ne m’a pas donné beaucoup d’argent (car un visiteur ne donne pas automatiquement une commission) mais ce n’est pas grave. Ce qui est important pour moi est de faire la promotion d’un bon produit.

La Compétitions:

EB : Vous avez dit précédemment que vous n’étiez plus les seuls (enchères à  un sou).  Effectivement, je vois de plus en plus de site qui utilise le principe des enchères à un sou, d’après moi, parce qu’ils voient une opportunité  à  faire de l’argent facilement. Habituellement, ce genre de « nouveaux » sites ne sont plus en affaire après un mois.

ASP : Je ne pense pas qu’ils comprennent le concept. Ils ont vu ce que nous faisions et on tenter  de copier ce qu’ils voient  sur le site.  À un tel point que certains sites  sont en maintenance mais ça fait trois mois qu’ils le sont.

EB : On s’entends-tu  pour dire que eux,  ils ne reviendront pas.

ASP : Les gens comprennent la façade mais ne comprennent pas ce qui fait fonctionner la machine en arrière. C’est certain que ça va être un échec.  Comme les programmes d’affiliation,  s’ils ne comprennent pas vraiment comment ça fonctionne et pensent que c’est juste donner 20% de commission aux gens intéressés et refusent d’aller plus loin ça va être un échec. Il faut s’assurer que les affiliés(es) sont heureux avec Bidou.ca.

EB : Pourquoi c’est si important?

ASP : C’est une opportunité que les affiliés(es)  nous  donnent  et non l’inverse. S’ils  prennent le temps de promouvoir notre site faut le voir comme un plus. Si un site ne met pas le temps et l’argent sur leurs programmes et  les bannières,  personne ne  voudra en faire la promotion. Nous, de notre coté,  ont essaye de donner toute l’information possible.  Si vous avez des questions, suggestions.

EB : En avez-vous reçues  des suggestions?

ASP : Je ne me rappelle plus de quel affilié,  mais il nous avait suggéré de faire une bannière spécifique. On est très ouvert et nous avons un très bon infographe qui peut créer des nouvelles bannières ou format qui nous sont suggérées.

L’entrepôt de Bidou.ca

EB : Donc on peut ou  pourrait demander qu’un produit  spécifique apparaisse dans une bannière?

ASP : Par exemple nous avons un affilié qui a un site de sports qui nous a demandé qu’au lieu  d’avoir un IPad,  si on pouvait  mettre un article de sports.

Le bruit à  l’extérieur arrête l’entrevue quelques instants.

ASP : Ah c’est ça le Vieux-Montréal! :)

EB : Finalement vous êtes  ouvert aux demandes des affiliés (es). Si  j’avais un site de meuble de bureau je pourrais demander de mettre une chaise ergonomique sur une des bannières?

ASP : Effectivement, aussi, si  les affiliés(es)  veulent créer  leurs propres bannières  nous sommes très ouverts  à ça, tant que cela respecte un peu nos valeurs. Disons, qu’on  n’acceptera pas une bannière XXX liée à notre site.

EB : [rire] Mais vous faites un certain contrôle de votre marque quand même?

ASP : C’est sûr et certain, car si jamais nous recevions une plainte c’est quand même notre marque qui est représentée.  Être associer à une chaise de bureau ça va,  mais être associer à une bannière 18 ans et plus ça ne nous représente pas.

EB : À moins que vous décidiez de vendre du contenu XXX :)
ASP [Rire] Je pense pas non!

À suivre …….

Lisez la suite de l’entrevue dans 3 jours.

En attendant, dite moi si vous aimez l’entrevue dans sont ensemble en laissent un commentaire. Vous pouvez aussi lire un résumé de Bidou.ca dans la section Affiliation.

5 réflexions au sujet de « Entrevue avec le site d’enchères à un sou Bidou.ca (première partie) »

  1. Très intéressant comme entrevue, mais malheureusement, c'est bourré de fautes !! Certaines phrases mériteraient d'être reformuler pour être plus clair et rendre justice à l'interviewé.
    Sinon, continue, ton site est très beau et clair à consulter. – Nick Provost (e)NICKP

  2. Oui il y a quelques fautes mais mes propos sont bien rapportés :)

    Je voudrais remercier Éric d'avoir eu le courage de venir jusqu'à nos bureaux malgré le -20°C, un lundi matin en plus! L'entretien a été des plus intéressants car Éric a une très bonne connaissance des systèmes d'affiliation. Je vais suivre ce blog avec intérêt dans le futur!

    Bon travail et surtout bonne continuation!

    Alexandre St-Pierre
    Bidou.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *